Votre propre motif

dynamisme

Limitation d'une abondance

Dans cette existence, l'homme apporte certainement avec lui quelques qualités qui le distinguent. Chacun a quelque chose pour soi qui le définit bien, lui et son essence. C'est censé être l'attente d'où nous venons. C'est elle qui sort avec tout le monde. C'est notre véritable point de départ dans cette vie. Ce qui peut être réalisé est donc spatialement et structurellement lié dans un contexte donné. Il y a un chemin d'ici à là-bas. Cela doit être compris et donné.

L'homme doit considérer en détail ce qu'il est, ce qu'il a et ce qu'il peut faire. Il devrait nous être possible de contrôler le donné une fois que nous avons traité ce qu'il est. Ce que l'on a vécu est bien compris par nous rétrospectivement, afin que nous puissions en tirer une leçon pour nous-mêmes.

Ainsi, on saisit les siens encore et encore et en ressent un effet secondaire. De cette façon, quelque chose peut s'équilibrer avec nous ou finalement être réglé par nous. Quelque chose comme ça est censé nous apporter un vrai salut. Tout autre élément est alors reconnu comme invalide et peut être libéré. Elle n'aura pas de sens immédiat pour notre existence. On va laisser tomber parce que c'est vrai. Il s'éloigne alors de nous parce qu'il ne serait plus utilisable par nous pour cette vie. Nous pouvons donc nous libérer d'une telle chose.

Il arrive donc que l'homme puisse se réduire par les parties de ce monde qui ne lui appartiennent pas. Ce ne sont pas une partie réelle de son être et ne seraient probablement pas utilisables pendant longtemps.

Si l'homme se réduit d'abord par des choses qui lui paraissent étranges, alors il ne lui reste probablement que quelque chose qui lui est propre, son bien. Cela devra être concentré. Là, ses pouvoirs seront enfin regroupés en une véritable force de lui. De ce point de vue d'une concentration du réel, moins devrait vraiment être plus. Ainsi, peut-être que ses propres œuvres donneront bientôt à cet homme, qui a déjà fait quelque chose comme cela auparavant, suffisamment de joie à nouveau, parce qu'il possède une certaine force pour puiser dans ses propres sentiments. Une fois que nos efforts dans cette direction auront été fructueux, ils apporteront peut-être un peu de bonheur dans nos vies et beaucoup de bonnes choses deviendront réalité pour nous.

Tu lâches quelque chose de surnuméraire. Si vous reconnaissez enfin les quantités données correctement. On consolide sa connaissance de cette existence en réfléchissant à ce qui sera réellement exigé du donné pour cette existence. Quelque chose de nécessaire doit être réalisé par nous de manière à ce qu'il se produise rapidement.

réflexion

Reconnaître et prendre en charge le donné

En tant que travailleur, il sera utile d'accepter quelque chose de ce qui est là et de ce qui se passe. Ceci peut être incorporé dans son propre travail et communiqué à travers lui. Ainsi, le créé est lié à quelque chose de donné qui existe. Rien d'autre n'aurait d'importance. Les gens sont susceptibles de le reconnaître quand quelque chose est créé de cette façon. Le travail consiste en quelque chose de familier.

Ainsi, la création d'une œuvre confirme quelque chose de ce que les autres savent aussi. Ils peuvent le reconnaître et comprendre ce qu'il est parce qu'ils le connaissent déjà.

Un monde qui existe et dans lequel tout est déjà là n'a pas besoin de choses supplémentaires. Un cadeau d'aujourd'hui met en lumière toutes sortes d'absurdités. Les gens participent en partie à une perplexité générale causée par la croyance que nous ne pouvons plus ignorer ce cosmos. Cela n'aurait pas besoin d'être renforcé parce qu'il est improductif de le penser.

Il vaut mieux permettre à ce sujet de se faire connaître et de regarder ce qui s'est passé. Un certain cadre devrait être donné à chacun d'entre nous, les humains, grâce auquel nous savons qu'il existe. Nous nous engageons à ce que chacun trouve et reconnaisse cette personne pour lui-même. Si l'on se réfère simplement à celle-ci dans l'unité commune. C'est ainsi que les choses se passent, même s'il y a des choses difficiles qui nous attendent et qu'il faut régler.

réflexion

Quelque chose est inscrit dans les choses

Chaque chose peut avoir une vraie valeur pour quelqu'un. Ce sera certainement vrai. Personne n'a la prérogative de déterminer la valeur d'une chose au-dessus de toutes les têtes et de déterminer ce qu'elle est. Il ne peut y avoir un tel dirigeant avec nous, parce que nous, les citoyens de cet État, poursuivons avant tout des principes démocratiques et voudrions les maintenir également liés à quelque chose d'aussi quotidien que la mesure d'une structure de valeurs.

Il devrait y avoir un pluralisme avec nous, qui conserve la continuité. Sans une reconnaissance de la différence de ces pensées et de ces idées de nous les humains, il ne peut plus y avoir de liberté réelle de l'individu. L'individu n'a pas besoin d'être si obéissant envers les tiers qu'il s'adapte à leurs opinions. Ce que d'autres personnes ont dit, elles doivent faire leurs preuves. Ce ne serait pas à nous de prouver ce que d'autres ont fait pour le mieux. En outre, les points de vue des tiers et des quatrièmes parties n'ont pas d'autre sens pour nous que celui que nous voudrions leur céder.

Il sera si correct qu'un mot humain signifie exactement ce qu'il dit selon le point de vue linguistique. Si la volonté de l'homme peut, à juste titre, être autre chose que ce qu'elle est exprimée en paroles, nous devons néanmoins nous efforcer de parler d'une manière vraie. Ce qui a été dit par nous-mêmes, nous devons l'examiner en détail par la suite afin d'en comprendre vraiment les effets. L'information ne doit pas être inutile, ni pour les autres, ni pour nous-mêmes.

Ça veut dire quelque chose qui a été dit. D'autres le remettront en question. Ce sont censés être nos témoins. De temps en temps, ils produisent des témoignages sur nous-mêmes. Le mot reproduit peut peut-être venir directement de nous, mais le mot entendu sera le bien d'un autre. Ce ne serait pas une hypothèse générale que quelque chose comme ça coïnciderait, parce que personne ne peut absolument comprendre ce qui se passe. Ce qu'une personne dit et ce qu'une autre personne entend à ce sujet s'écarte parfois assez fortement les uns des autres pour le prouver. L'existence humaine implique simplement qu'il peut y avoir des divergences dans la médiation du donné. Ce qui va changer quoi que ce soit à ce sujet, après tout, c'est que nous serons encore de telles personnes à l'avenir ! - Cela a toujours été ainsi dans notre nature. C'est pourquoi il est préférable de laisser les cinq en ligne droite de temps en temps afin de bien s'entendre.

idée

Lumière et ombre

L'ombre d'une chose serait la zone peu visible sans grande lumière. En lui, le monde sombre dans les ténèbres. La lumière, en revanche, soulève tout et brille brillamment.

documentation

Le concept du Kenning

Le Kenning est un terme ancien du début du Moyen Âge. Elle désigne une certaine forme linguistique avec laquelle elle est rendue claire en quelques mots, mais concis, par lesquels une personne ou une chose se distingue par ses attributs ou ses réalisations.

Au fil des ans, Schneider a tellement gagné de ce terme. Son travail littéraire s'appuie en partie sur des réflexions qui sont données grâce à la structure linguistique d'un Kenning.

réflexion

Application du béton comme coffrage

La propre existence en tant qu'être humain est liée à toute une vie. Pour rendre justice à ce fait dans les œuvres, ce devrait être la bonne tâche pour Schneider pour le moment.

idée

Un projet de directive

Venant du milieu d'une feuille, Schneider réalise une séquence unique et dense d'actions dans la création de ses œuvres. Ses images représentent le motif actuel de manière centrale. Tout le reste sur l'image doit être compris en plus et est basé sur ce noyau. Le centre de l'image se détache du bord de la feuille et forme une chose avec un poids spécial à l'intérieur.

Cette majeure partie de l'œuvre est encadrée et entrelacée, même enveloppée et maintenue en place par une osiererie d'ornements. Là, le motif peut être déterminé d'une manière simple. C'est la partie la plus significative de l'image qui détermine le prestige de l'œuvre.

documentation

indésirables

Schneider rejette l'exagération de la forme d'une question comme étant trop spéculative. Il ne voudrait pas faire quelque chose comme ça. Il déteste vraiment déformer une pondération existante des choses. Son étendard est là. Après la distribution '1 : 1 : 1 : 1= 100 %', il a produit beaucoup de ses œuvres et aimerait continuer à le faire.

Comme Schneider pense qu'il y aura en principe trois niveaux indépendants dans l'espace, qui ne se produiront qu'ensemble ou pas du tout, il concevra en fait ses choses en conséquence. Il fait ça depuis un bon moment. Il souhaite maintenir cette procédure.

documentation

La conception en tant que travail réel

En règle générale, un nouveau type d'œuvre est d'abord esquissé sous forme d'esquisse avant d'être finement élaboré. Ceci sera ensuite fait sur d'autres pages afin que ces ébauches puissent continuer à être utilisées comme modèles. Schneider, cependant, préfère faire un certain travail de qualité sur les dessins, même pour en essayer un sur eux.

Au fur et à mesure que la densité d'une œuvre augmente, les forces de Schneider se dissolvent. C'est lui qui les libère. Une capacité propre, temporairement à trouver, y est démantelée et exploitée par lui. Pour ne pas se surpasser, Schneider s'est habitué à passer progressivement du plus fin au plus grossier dans les œuvres. Il peut donc les terminer malgré une force personnelle peut-être trop petite, mais surtout dans une portée.

documentation

Avoir une impression personnelle

L'expression réelle d'une œuvre s'inscrit dans le contexte de l'œuvre d'un artiste. Ce dernier apprend quelque chose sur la constitution réelle de lui-même. De cette façon, il peut la garder telle qu'elle est pour lui et tirer certaines conclusions de cette expérience de lui-même.

Chacun veut être satisfait de ses propres œuvres. Et pourtant, une certaine formation de l'homme est nécessaire avant qu'il ne crée des œuvres satisfaisantes.

A partir d'une définition des matériaux adaptés à une tâche, l'ouvrier n'utilise que des outils et sa propre énergie pour les mettre en œuvre et ainsi créer quelque chose. La question de savoir si cela aura de la valeur, ce qui en découle, ne devrait pas rester discutable. Il marque les caractéristiques actuellement valables de son fabricant ainsi que ses références à un monde intérieur et extérieur existant pour lui.

Tout cela doit être mis en harmonie en faisant les choses de manière uniforme. Reprenons les mêmes chemins encore et encore. Passons-les simplement en revue, sans les abréger. Ça nous mènera probablement à la soupière bientôt. Alors quelque chose émergera que nous pourrons trouver bon.

Un tel processus de production a une certaine pertinence pour l'œuvre de l'auteur Schneider. Ses créations l'aident à comprendre quelque chose. Il l'écrit petit à petit, ce qui se tisse autour de lui dans son monde intérieur de pensées et d'idées, tandis qu'il s'occupe de son propre art. Cela crée une œuvre écrite d'une validité personnelle. Traiter avec lui par la suite a déjà permis d'éradiquer de nombreuses situations d'urgence avec lui.

idée

Dessiner des traits simples

Le trait doit être considéré et compris comme un début de toute forme au niveau d'un fond de peinture. C'est tiré avec les mains. Ce faisant, nous donnons aux objets représentés une apparence qui correspond plus ou moins à leur fonctionnalité réelle.

Dès le début d'une œuvre, un tel trait reste l'élément déterminant de l'œuvre de l'artiste. Avec tout un essaim de telles formes, le motif est transposé uniformément. Il revient sans cesse à son point de départ et recommence depuis le début avec la même approche.

De cette façon, quelque chose qui peut être beau réussit avec le temps. Il rafraîchit le dessinateur quand son travail lui plaît. Cette œuvre d'art le conduit sur le chemin de la représentation des phénomènes donnés d'une réalité, comme il peut les reconnaître. A ce titre, il devra être mesuré pour savoir s'il est capable d'y correspondre.

Travailler sur des œuvres est épuisant, mais parfois aussi édifiant d'une belle manière. Avec le temps, on acquiert une réelle confiance en soi et sa propre disposition s'en trouve renforcée. Ainsi, on en vient graduellement à représenter quelque chose de ce qu'on sait pour certaines raisons, comment cela va de pair avec son existence. Quelque chose de ce genre pourrait bien être d'un genre qui est encore inconnu des autres. L'application de traits, de formes et de surfaces permet de créer des contours et d'autres éléments de design. L'utilisation de contrastes de couleurs donne un certain éclat à l'œuvre.

De longues lignes, mais aussi des traits courts ou même des points peuvent enrichir l'œuvre avec vivacité. Une certaine harmonie est ainsi capturée dans l'image et il est démontré que l'artiste sait créer ce qui lui correspond. Sa clarté dans les œuvres en détermine le portrait, qu'il peut comprendre et reproduire.

Une telle harmonie ne trouvera son existence que si elle n'est pas ignorée. Leur essence est permanente à saisir, mais nous pouvons temporairement perdre notre accès à elle. Alors on a l'air sans tête. Entre-temps, en règle générale, les gens ne trouvent beau que ce qui les aide à s'affirmer.

réflexe

Appliquer des regroupements dans l'image

Certains objets sont bien adaptés pour être arrangés par nous dans l'espace. Cela leur donnera un certain charme. Cela donne à une pièce quelque chose de vivant. Cela apparaîtra de telle sorte que l'on puisse voir comment elle est habitée.

On peut donc peut-être dire que le domicile d'une personne reflète quelque chose de celui qui l'habite. Par conséquent, Schneider examine occasionnellement son propre appartement pour déterminer sa signification pour sa vie. Une certaine valeur de ces choses existe pour lui et lui est connue. Il peut dire que ce sont ses propres choses qui sont en elle. En plus des meubles, il y a aussi quelques objets disponibles. Il s'en occupe lui-même dans la vie de tous les jours.

Son appartement est donc l'espace de vie important pour lui. C'est ici qu'il commence sa vie. La nature de son destin, il l'a déjà quelque peu sécurisée et consolidée ces derniers temps.

Sans dire un seul grand son, Schneider en dit maintenant autre chose. L'espace de vie qu'il a créé existe d'une manière qui lui a permis de se rappeler ses propres choses du passé. Il a tellement entendu parler de sa vie quand il s'est installé de plus en plus dans sa piaule, qu'une fois qu'un retour à un état antérieur de base de sa vie lui a été possible.

Là, il conserva ce qui s'était passé, de sorte que malgré toutes ses expériences ultérieures de cette existence, l'enfant en lui réapparut bientôt. A partir de ce moment, un sentiment lié à cela a trouvé une nouvelle reconnaissance auprès de lui. C'est ainsi qu'il a découvert qui il était et ce qui le fait marcher. Cela lui est venu à l'esprit comme une expérience holistique. Avec cela, il a réalisé quelque chose de ludique et veut aussi être compris de cette façon.

Entre-temps, il a documenté ce processus de découverte de soi par des images, de la musique et des écrits. Aujourd'hui encore, il continue de le faire. C'est ainsi qu'il en conserva quelque chose avec le mot et l'image, mais aussi avec le son et la note. Ce qui s'est passé au cours du processus est significatif. Une valeur nutritionnelle de celui-ci devrait au moins exister pour lui-même.

Maintenant son centre de vie existe et est donné par ce lieu. Il reste donc quelque chose de mémorable. Des témoignages de cela deviennent visibles à travers ses œuvres plus récentes. L'auteur s'efforce de conclure l'ensemble de son existence dans ses œuvres. Dans ce cadre, tous les éléments de son existence doivent être considérés de la même manière. Ils aimeraient donc être perçus comme un tout par d'autres personnes.

Avec la durée de ce travail, Schneider a essayé de placer de plus en plus quelque chose de son existence réelle dans l'image dessinée. Ce qui signifie quelque chose de bien pour lui, c'est qu'il essaie de se regrouper d'une manière appropriée. Avec ces images, il exprime quelque chose de lui-même. Parfois, il le place aussi dans un contexte valable par le biais de certains liens avec son monde de pensées et d'idées. Parfois, ce n'est qu'une simple valeur numérique qui signifie quelque chose pour lui, mais il reconnaît aussi une telle valeur comme représentable.

Il est si bon et juste que rien ne serait plus éloigné de lui que de pratiquer une mythologie des nombres et des chiffres. Et pourtant, ces valeurs reflètent précisément quelque chose qui équivaut à une expérience de l'auteur.

Il veut maintenant vous en montrer quelques exemples de manière simple.

  • Le chiffre trois représente parfois les trois frères auxquels il compte lui-même.
  • Le chiffre cinq représente la maison ou le mariage de ses parents.
  • Le numéro deux représente un partenariat en échange. -
  • Le numéro un représente le reflet de l'homme. Celui-ci montre quelque chose qui fait de lui ce qu'il est. Le fait qu'il puisse être représenté est un signe de son pouvoir.
  • Le numéro six est synonyme d'un partenariat parfait dont sont issus de jeunes talents. (5+1)

contemplation

Surfaces et salles d'exposition

Dans le cas d'un portrait, des zones de couleurs différemment prononcées correspondent souvent les unes aux autres. En fonction de leur valeur et de leur taille, ils se distinguent clairement et de manière audible les uns des autres.

Il y a aussi un contraste entre ces formes et surfaces et le vide pictural. Ceci devra être compris correctement comme la profondeur d'une image.

Tous les corps qui émergent sur le fond marquent un niveau dans l'image qui lui correspond. Ainsi, un effet de forme peut apparaître sur la perception de la spatialité d'une image.

documentation

De l'unité réelle d'un motif

Une forme fermée doit être une forme dans laquelle le bord d'un objet se détache visiblement d'un fond. Pour ce faire, une bordure de l'objet n'aurait pas besoin d'être dessinée dans une couleur différente. Il devrait également y avoir d'autres moyens de capturer et de représenter de façon picturale l'ensemble d'un élémentaire.

Nous, les artistes, devrions apprendre comment un tel effet peut être obtenu. Chaque effet doit être reconnu et contrôlé par nous. C'est pourquoi vous entraînez vos compétences.

Il faut savoir qu'un talent pour la peinture peut se développer. Après tout, ce sera un vrai métier.

Ce que nous devons faire, nous le ferons nous-mêmes. Tu ne surcharges personne d'autre avec ça.

Cela donne au concepteur un réel contrôle sur son travail. Une fois que cela aura été le cas de manière bénigne et qu'il aura conduit à notre existence, ce devrait être quelque chose d'autre que nous avons été si largement actifs dans la formation.

maturité

méthodes de travail

Une séquence de brouillons possédait souvent avec moi un véritable Nucleus, qui a donné lieu à quelques travaux principaux de cette phase. En règle générale, ils présentent un niveau d'élaboration nettement supérieur et une représentation audible un peu plus claire du motif lui-même.